Lavoute.org
Généalogie / Recherche

 

L'origine des noms de famille dans le monde entier

 

Historique

Bien que votre nom de famille vous fournisse les indices les plus substantiels sur l'histoire de votre famille, les prénoms et les pseudonymes éventuels peuvent également être très précieux pour tracer votre arbre généalogique. On décompose souvent les noms en trois parties : les prénoms, ou noms de baptême, sont ainsi désignés parce que les premiers chrétiens, lors du baptême changeaient leurs prénoms païens pour des prénoms de saints chrétiens.

La plupart des prénoms employés aujourd'hui dans le monde occidental provient de cinq langues : l'hébreu, le germain (qui comprend l'allemand), le grec, le latin et le celte (qui comprend l'irlandais, le gallois et l'écossais).

Il est incroyablement facile de classer les prénoms dans des catégories distinctes. L'hébreu a engendré les noms bibliques et environ la moitié de la population de langue anglaise porte des prénoms issus du Nouveau Testament comme Elizabeth, Mary (Marie), John (Jean) et Joseph. Les langues germaniques nous ont donné des noms liés à des caractéristiques guerrières, comme Charles (devenir adulte), ou Ethel (noble). Les langues grecque, latine et celte nous ont également donné des noms qui décrivent des caractéristiques physiques et des qualités abstraites. Par exemple, le nom grec André signifie 'Viril", et le nom grec Dorothée signifie "don de Dieu". En latin, Victor veut dire 'Victoire à la bataille" et Laura "laurier". Les noms d'origine celtique sont surtout poétiques. Ainsi, Kevin signifie "doux et aimé" et Morgane "habitante de la mer".

Alors qu'il existe des quantités de prénoms, le processus de sélection a, en fait, été un peu limité. Il faut savoir qu'en 1545, l'Eglise catholique a ordonné que l'on baptise les enfants sous le nom d'un saint, si bien que pendant des siècles les prénoms se sont plus ou moins limités à Jean et Marie. En fait, dans tous les pays occidentaux, au Moyen Age, il n'y avait qu'environ 20 prénoms courants pour les petits garçons et les petites filles. Dans les années 1600, les protestants ont rejeté tout ce qui avait trait au catholicisme et des prénoms de l'Ancien Testament comme Elijah, Priscilla et Joshua sont apparus.

On n'a pas utilisé de second nom avant le XVe siècle. On a alors ajouté un second prénom comme symbole de la noblesse germanique. De nombreuses années ont passé avant que cette pratique soit très répandue, et, aux Etats-Unis, elle ne s'est vraiment installée qu'après la guerre de sécession, quand la mode a été d'utiliser le nom de jeune fille de la mère.

Peut-être avez-vous, ou allez-vous rencontrer le nom d'un ancêtre qui ressemble à un titre. Par exemple, "Esquire" (Monsieur, titre donné autrefois aux chevaliers et licenciés es lettres), après un nom, indiquait que l'homme était un personnage respecté, un degré en dessous du chevalier. "Gentleman" (gentilhomme) était encore un degré en dessous de l' "Esquire". Le titre "Goodman" (ou "Goody" ou "Goodwife" pour une femme), s'appliquait au maître de maison.

De nombreux autres termes du passé ont changé de sens. Les titres d'Esquire et de Gentleman se sont répandus au fil des ans pour inclure les personnes qui ont une position sociale particulière dans la communauté (les médecins, les hommes d'Eglise, les juristes). Les mots "Senior" et "Junior" placés immédiatement après un nom n'impliquent pas forcément un lien de parenté direct (père-fils). Il pouvait s ' agir d'un oncle et d'un neveu qui portaient le même nom et demeuraient l'un près de l'autre. Le terme cousin était très utilisé pour désigner la famille étendue, et pas seulement l'enfant légitime d'une tante ou d'un oncle.

 


 

Allemagne

La plupart des noms allemands viennent de noms de métiers, de couleurs ou de lieux géographiques. Certains sont descriptifs (particularités physiques) comme Klein (petit) et Gross (gros). Les noms suivants sont d'origine germanique: Kreuser (celui qui avait des cheveux frisés), Schulter (celui qui travaillait comme gardien dans une prison), Tobler (celui qui habitait dans une forêt ou un ravin) et Shuck (celui qui fabriquait ou vendait des chaussures).

Liste des 600 noms de famille les plus fréquents en Allemagne ici

Pour trouver un Dictionnaire des noms de famille d'Allemagne ici

 


 

Arménie

Liste des 50 noms de famille les plus fréquents en Arménie ici

 


Autriche

 

1 MULLER
2 GRUBER
3 HUBER
4 MAYER
5 WINKLER
6 BAUER
7 SCHNEIDER
8 BERGER
9 LEINER
10 WAGNER
11 HOFER
12 FUCHS
13 KOLLER
14 FISCHER
15 REITER
16 BRUNNER
17 KLEIN
18 EBNER
19 EDER
20 FRITZ

 


 

Belgique

  Les noms belges sont soit d'origine française, soit d'origine hollandaise. Au Nord, les noms viennent surtout du hollandais et ressemblent à ceux que l'on trouve aux Pays-Bas. Le reste du pays est sous l'influence de la France, et en particulier du dialecte wallon, et les noms de famille de cette région évoquent ceux des Français.

Liste des 1 200 noms de famille les plus fréquents en Belgique ici

Pour trouver un Dictionnaire des noms de famille de Belgique ici


 

Bosnie

 

Les noms de famille typiquement de Bosnie se finissent en majorité en "ić". Il en est de même pour beaucoup de noms de famille croates et bosniaques musulmans. Le "ić" proviendrai, selon certains, de la contraction de "Mali", qui signifie "petits", sous-entendu descendants, comme le id chez les Grecs, tels "Atrides" pour les descendants d’Atrée. Ainsi, pour les descendants de Jovan, cela donne "Jovanov mali", ce qui, contracté, donne "Jovanović". Mais il faut distinguer deux catégories : ceux qui se finissent en "ović" ou "ević" et ceux qui se finissent en "ić" sans être précédé par "ov" ou "ev". En Croatie, cette dernière catégorie est la plus courante, de même que chez les Serbes de Krajina. En revanche, en Serbie et au Monténégro, les noms en "ević" et "ović" sont beaucoup plus courants. En Bosnie, c’est assez variable.

Liste des 50 noms de famille les plus fréquents en Bosnie ici


Chili

1 GONZALEZ
2 MUÑOZ
3 DIAZ
4 ROJAS
5 PEREZ
6 SILVA
7 MARTINEZ
8 RODRIGUEZ
9 ARAYA
10 LOPEZ
11 SEPULVEDA
12 CONTRERAS
13 MORALES
14 RAMIREZ
15 SOTO
16 NUÑEZ
17 HERRERA
18 FERNANDEZ
19 FUENTES
20 FLORES

 


 

 

Chine

Même si la population chinoise compte plus d'un milliard d'habitants, il y a environ 1 000 noms, et seulement 60 sont couramment utilisés. La plupart des noms de famille chinois sont monosyllabiques et ont pour origine une caractéristique physique ou une description. Les noms chinois les plus courants sont Wang (jaune), Wong (champ d'eau sauvage), Chan (vieux) et Chu (montagne). Étant donné que presque tous les noms chinois sont monosyllabiques et faciles à prononcer, et en raison des puissants liens familiaux et ancestraux, rares sont les noms qui ont été modifiés. Les Chinois continuent à placer leur nom de famille en première position, bien que cette pratique soit tombée en désuétude chez les Chinois qui vivent en Occident.

1 CHEN
2 WANG
3 LIN
4 ZHANG
5 YE
6 XU
7 ZHOU
8 LI
9 WU
10 LIU
11 ZHU
12 ZHENG
13 YANG
14 JIN
15 HU
16 JIANG
17 HUANG
18 JI
19 XIA
20 SUN

Cuba

1 RODRIGUEZ
2 GONZALEZ
3 PEREZ
4 HERNANDEZ
5 GARCIA
6 MARTINEZ
7 FERNANDEZ
8 DIAZ
9 LOPEZ
10 SANCHEZ
11 ALVAREZ
12 VALDES
13 GOMEZ
14 CRUZ
15 SUAREZ
16 TORRES
17 RAMOS
18 CABRERA
19 REYES
20 MORALES

 


 

Danemark

La grande majorité des noms danois sont d'origine patronymique et se terminent en -sen. Avant la fin des années 1860, ces noms n'étaient pas héréditaires, mais changeaient à chaque génération. Le fils de Jorgen Petersen avait pour nom de famille Jorgensen. En 1904, le gouverne-ment danois a commencé à encourager l'emploi des noms de famille autres que les traditionnels noms en -sen. Beaucoup de gens ont alors ajouté le nom d'un endroit ou d'un métier à leur nom en -sen, en joignant les deux avec un trait d'union. On trouve également : Henricksen (le fils d'Henri, autorité domestique), Krogh (celui qui travaille dans une auberge, celui qui habite dans un recoin), Pedersen (le fils de Pierre ; un rocher) et Jorgensen (le fils de Georges ; fermier).

1 JENSEN
2 NIELSEN
3 HANSEN
4 PEDERSEN
5 ANDERSEN
6 CHRISTENSEN
7 LARSEN
8 PETERSEN
9 SORENSEN
10 JORGENSEN
11 RASMUSSEN
12 CHRISTIANSEN
13 MADSEN
14 OLSEN
15 KRISTENSEN
16 THOMSEN
17 JOHANSEN
18 MORTENSEN
19 KNUDSEN
20 POULSEN

Equateur

1 SANCHEZ
2 TORRES
3 RODRIGUEZ
4 LOPEZ
5 ZAMBRANO
6 JIMENEZ
7 GARCIA
8 ROMERO
9 CASTILLO
10 GONZALEZ
11 VERA
12 FLORES
13 ESPINOZA
14 CASTRO
15 MORALES
16 PEREZ
17 GUAMAN
18 LEON
19 JARAMILLO
20 MENDOZA

 


 

Espagne

Dans la première partie du Moyen Âge les Espagnols n’avaient qu’un nom unique le nom de baptême. L’usage du nom de famille s’est répandu dans la bourgeoisie au XIIe siècle. Le patronyme était formé du nom de baptême du père avec le suffixe -ez ( ou à l’ouest -es, comme au Portugal). L'épouse mentionne son propre nom de famille en le faisant suivre de celui de son mari les deux patronymes étant reliés par la préposition de ; le mot « épouse » est sous-entendu : donâ Maldalena Gonzalez de Ortega.

Liste des 1000 noms de famille les plus fréquents en Espagne ici

 


Etats-Unis d'Amérique

Liste des 500 noms de famille les plus fréquents aux Etats-Unis d'Amérique ici


 

France

  Les noms de famille français ont des origines diverses qui s'expliquent par la diversité des influences qu'a subie la France : influence romaine, musulmane et méditerranéenne, normande et anglo-saxonne, Israélite, huguenote, allemande, etc.

Jusqu'à l'ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), la plus grande anarchie régnait au point de vue du port et de la transmission des noms, l'ordre public étant préservé par d'autres moyens, tels la difficulté des communications et la petitesse des villages. Avec cette ordonnance, l'inscription des individus fut imposée, chacun ayant pris l'habitude de prendre un prénom auquel il accolait les noms de son père et de sa mère. C'est ainsi que l'on trouve des Jean Marcabrus dérivé des noms de ses père et mère Marc et Bruna. Puis, petit à petit et par désir de simplification, ce fut uniquement le nom du père qui fut porté : Jean Le Boiteux, Jean Bègue, André Le Galois, etc.

C'est ainsi que les noms propres semblent s'être fixés en France vers 1350, mais il n'en est pas de même pour l'orthographe de ces noms. Pour nos aïeux, les mots avaient essentiellement une valeur auditive. Ce n'est que peu à peu que l'orthographe s'est fixée. Et ce n'est guère l'ordonnance de 1539, qui rendait obligatoire la tenue des registres paroissiaux, qui a pu fixer l'orthographe.

L'orthographe est une notion qui a échappé à l'Ancien Régime et qui n'a commencé à apparaître qu'avec le dictionnaire de l'Académie pour les noms communs ; mais, si celle-ci en 1740 supprima le s dit "muet" qui ne se prononçait plus depuis le XIe siècle devant une consonne sonore et depuis le XIIe devant une sourde (beste, teste, etc, écrits désormais bête, tête ...), le s a persisté dans les noms de famille Lasnier (l'ânier), Pescheur, etc. L'académie pouvait agir sur les noms communs, mais guère sur les noms propres. Chaque curé avait sa manière d'écrire, influencée soit par la prononciation, soit par des formes latinisantes, voire parle pédantisme.

Ceux qui savaient signer adoptaient parfois plusieurs orthographes. C'est ainsi que Malherbe (mort en 1628) signait Malerbe, Mâle-herbe, ou même Malesherbe. C'est seulement à partir de la Restauration que l'orthographe est devenue un signe de bonne éducation ; encore les bévues ne manquent-elles pas, le cas extrême cité par Dauzat étant Zoézédoé dû à une faute d'enregistrement : le déclarant avait épelé Zoé : zed, o, é, sons que le préposé avait transcrit d'affilée...

Les altérations qui se produisent au XIXe siècle sont cependant assez rares et pro-viennent soit de la négligence des déclarants qui ne portent pas attention à l'orthographe du nom déclaré (surtout dans les déclarations de naissance faites par des tiers), soit de bévues de l'officier d'état civil. Il en est parfois résulté des scissions de nom entre branches d'une même famille.

Liste des 300 noms de famille les plus fréquents en France ici

 


Finlande

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Finlande ici


 

Grande-Bretagne

A la fin du XIIIe siècle, on trouvait des Anglais et des noms anglais non seulement en Angleterre mais dans de nombreuses régions d'Ecosse, du pays de Galles et d'Irlande. Les noms de personnes avaient des origines multiples. Certains venaient de la Bible, ou étaient les noms des saints ou des martyrs de la première Eglise chrétienne. Beaucoup étaient normands, quelques-uns étaient des survivances ou des résurgences anglo-saxonnes. Les saints égale-ment, très populaires dans certaines régions, comme Cuthbert au nord, ont sans doute influencé le choix des noms dans ces régions. La liste suivante est celle des noms d'origine anglaise et de leur usage dans toute la Grande-Bretagne : Palmer ou Paulmier (un pèlerin de retour de la Terre sainte et portant des palmes), Weedman (responsable d'un temple païen), Yale (celui qui habite dans un recoin, un renfoncement ou un endroit secret) et Schoolcraft (celui qui habite dans une cabane dans un petit champ ou un pré).

Liste des 500 noms de famille les plus fréquents en Grande-Bretagne ici

 


 

Grèce

La plupart des noms grecs sont d'origine patronymique ou viennent de noms de lieux géographiques. Le nom grec le plus répandu est Pappas, qui signifie descendant d'un prêtre. Les noms suivants ont une origine religieuse ou viennent de caractéristiques physiques : Kraikos (celui qui suit Dieu), Xenos (l'étranger), Galanis (celui qui a des yeux bleus) et Psiharis (celui qui contribue à la bonté de son âme).

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Grèce ici


 

Hébreux

Jusqu'au début du XIXe siècle, la plupart des noms juifs étaient patronymiques ou dérivaient de noms de lieux géographiques. Cependant, durant les persécutions en Allemagne, les juifs ont été obligés par la loi d'adopter des noms de famille permanents. Beaucoup ont pu soudoyer les fonctionnaires pour pouvoir choisir leur nom, souvent un nom relatif à la beauté.

Malheureusement, beaucoup ne pouvaient pas payer et se sont vus imposer des noms délibérément offensants. Etant donné que de nombreux juifs européens étaient strictement limités quant au choix de leur profession, un petit nombre de noms de famille seulement ont pour origine des métiers. On trouvera ci-dessous quelques noms d'origine hébraïque. Comme vos pouvez le constater, ils sont surtout de nature descriptive : Meier (l'homme érudit), Ury (feu, lumière), Joffe (belle personne) et Shifrin (descendant de Shifra, beau).

Liste des 1200 noms de famille Juifs ici


Hongrie

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Hongrie ici


 

Irlande

Les noms de famille héréditaires ont commencé à être utilisés en Irlande dès le début du Xe siècle, mais cette coutume ne s'est pas répandue avant le XIIe siècle. Puisque la propriété de la terre était déterminée par les relations familiales, on a très tôt soigneusement conservé les arbres généalogiques. C'est en rai-son de cet intérêt pour la descendance que la plu-part des noms irlandais sont patronymiques, ce qui se remarque aux préfixes O- ou Mac-. O-vient d'un vieux mot gaélique "ua" qui signifie "issu de", tandis que Mac- veut dire "fils" et est souvent abrégé en "Me" ou "M". En raison des persécutions, beaucoup de gens ont abandonné le O- et le Mac- de leur nom, mais aujourd'hui, l'usage de ces préfixes a repris. On trouve des noms irlandais intéressants dont : McClary (le fils de l'ecclésiastique), Rogan (celui qui avait les cheveux roux ou le teint rouge), Ryan (Le petit-fils de Rian, petit roi) et Tamory (le fils du joueur de tympanon).

 


 

Italie

 Presque tous les noms de famille italiens se terminent par une voyelle et beaucoup viennent de sobriquets descriptifs. Même après que les noms de famille héréditaires aient été adoptés en Italie, les sobriquets descriptifs ont souvent continué à se transmettre d'une génération à l'autre et ont petit à petit remplacé les noms de famille héréditaires. Cette pratique a engendré de nombreux noms d'animaux, de poissons, d'oiseaux et d'insectes. Les noms de famille suivants sont d'origine italienne et se terminent tous par une voyelle : Canella (celui qui vivait là où l'herbe couchée poussait), Medici (celui qui pratiquait la médecine), Pellicano (qui était sensé posséder les caractéristiques d'un pélican) et Rotolo (celui qui fabriquait des manuscrits ou écrivait dessus).

Liste des 1600 noms de famille les plus fréquents en Italie ici

 


 

Japon

Au Japon, jusqu'au XIXe siècle, seuls les membres de la noblesse portaient un nom de famille. Mais tout a changé à la fin des années 1800 lorsque l'Empereur a déclaré que tout le monde devait avoir un deuxième nom. Des villages entiers ont alors pris le même nom. C'est pour cette raison qu'il n'existe qu'environ 10 000 noms au Japon et que la plupart d'entre eux sont des noms de lieux géographiques. On trouve, par exemple, les noms japonais suivants : Arakawa (rude, rivière), Yamada (montagne, champs de riz), Hâta (ferme) et Shishido (chair, porte).

1 SUZUKI
2 SATO
3 TAKAHASHI
4 NAKAMURA
5 ITO
6 KOBAYASHI
7 SAITO
8 WATANABE
9 TANAKA
10 MORI
11 YAMADA
12 YAMAGUCHI
13 SHIMIZU
14 ABE
15 HAYASHI
16 YAMAMOTO
17 YOSHIDA
18 INOUE
19 OTA
20 YAMASHITA

Mexique

1 GONZALEZ
2 GARCIA
3 HERNANDEZ
4 MARTINEZ
5 LOPEZ
6 RODRIGUEZ
7 SANCHEZ
8 PEREZ
9 RAMIREZ
10 GOMEZ
11 FLORES
12 FERNANDEZ
13 RUIZ
14 GUTIERREZ
15 DIAZ
16 VAZQUEZ
17 TORRES
18 ALVAREZ
19 JIMENEZ
20 MORALES

 


 

Norvège

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Norvège ici


Pays-Bas

L'emploi des noms de famille héréditaires a commencé aux XIIIe et XIVe siècles mais ne s'est pas répandu aux Pays-Bas avant le début du XVIIe siècle. Beaucoup de noms hollandais se reconnaissent aux préfixes van-, van der-, van den-, et ver- qui signifient "de" et "du". Le van-hollandais ne sert pas, comme le von- allemand, à désigner la noblesse. Les Hollandais utilisaient également des sobriquets caractéristiques comme noms de famille. En outre, comme dans bien

d'autres cultures, les patronymes qui changeaient à chaque génération sont pendant longtemps restés bien ancrés dans le système d'attribution des noms hollandais. Les noms suivants sont d'origine hollandaise : Drukker (celui qui imprime ou travaille comme ouvrier imprimeur), Zylstra (celui qui habite près d'une écluse ou d'un canal), Groen (une personne jeune, expérimentée et vigoureuse) et Hartig (un homme fort et robuste).

 


 

Pologne

 La caractéristique la plus marquante des noms polonais est la terminaison en -ski et en -orocki. Ces terminaisons étaient à l'origine utilisées par la noblesse pour se distinguer du reste de la population. Mais, petit à petit, leur usage s'est répandu chez les paysans qui utilisaient les suffixes pour signifier "fils de". De nombreux Polonais avaient des noms germaniques en raison de l'influence des Allemands. Cependant, depuis la seconde guerre mondiale, beaucoup ont modifié leur nom pour se débarrasser du souvenir de l'occupation allemande. Les noms suivants sont d'origine polonaise : Drozd (celui qui habite à l'enseigne de la grive), Pajak (celui qui ressemble à une araignée), Rudzinski (celui qui habite près d'une mine ou de l'endroit où l'on a trouvé du minerai) et Gorcyzka (celui qui faisait pousser et préparait de la moutarde).

Liste des 700 noms de famille les plus fréquents en Pologne ici

 


 

Portugal

 Les nobles et les riches propriétaires terriens portugais ont commencé à employer des noms de famille au XIe siècle, mais ces derniers ne sont pas devenus héréditaires avant le XVIe siècle. Les nobles riches choisissaient souvent le nom de leur domaine comme nom de famille et les roturiers eux aussi ont fini par adopter des noms de lieux. On trouve au Portugal un type de nom de famille peu courant dans les autres pays, comme "da Santa Maria". Parmi les noms d'origine portugaise on trouve aussi les suivants : Henriques (le fils d'Henri ; le maître de la maison), Marques (descendant de Marcus ; appartenant à Mars), Mello (celui qui vient de Mello au Portugal) et Souza (celui qui vient d'un endroit salé).

Liste des 200 noms de famille les plus fréquents au Portugal ici

 


 

Roumanie

Liste des 50 noms de famille les plus fréquents en Roumanie ici

 


 

Russie

 En Russie, chacun reçoit trois noms : un prénom, un patronyme dérivé du nom du père et un nom de famille. La plupart des noms de famille ont pour origine des noms de lieux. Après la révolution de 1917, beaucoup de noms religieux ont été modifiés pour être plus acceptables pour le Parti communiste. Les paysans ont également changé leur nom à cette époque pour échapper aux noms offensants donnés aux serfs. Les noms suivants sont des exemples de noms d'origine russe : Droski (celui qui conduisait un carrosse), Shiroff (le fils d'un homme gros ou large), Kosloff (celui qui ressemblait à un bouc) et Rosoff (le fils de Roza ; Rosé).

Liste des 200 noms de famille les plus fréquents en Russie ici

 


 

Serbie

Les noms de famille typiquement serbes se finissent en majorité en "ić". Il en est de même pour beaucoup de noms de famille croates et bosniaques musulmans. Le "ić" proviendrai, selon certains, de la contraction de "Mali", qui signifie "petits", sous-entendu descendants, comme le id chez les Grecs, tels "Atrides" pour les descendants d’Atrée. Ainsi, pour les descendants de Jovan, cela donne "Jovanov mali", ce qui, contracté, donne "Jovanović". Mais il faut distinguer deux catégories : ceux qui se finissent en "ović" ou "ević" et ceux qui se finissent en "ić" sans être précédé par "ov" ou "ev". En Croatie, cette dernière catégorie est la plus courante, de même que chez les Serbes de Krajina. En revanche, en Serbie et au Monténégro, les noms en "ević" et "ović" sont beaucoup plus courants. En Bosnie, c’est assez variable.

Il faut toutefois noter que pour beaucoup de familles, les noms sont assez récents et n’ont que trois ou quatre siècles maximum. Il arrivait fréquemment que les noms changent il y a plus de quatre siècles. Ce n’est qu’à partir du XIXème siècle que les noms ont été définitivement conservés pour être transmis aux descendants. C’est se qui s’est produit également dans beaucoup de pays européens. Exception notable, les familles d’origine noble.

En Serbie et au Monténégro comme ailleurs, les noms étaient un moyen pratique de distinguer un tel d’un autre. En France, par exemple, on utilisait divers moyens : l’occupation (boulanger, charpentier), le lieu (Dupont, Deschamps, Dufour, Dumas, Dupuis), ou un sobriquet (Legrand, Lepetit, Petit, Leblond, Lebrun, Nègre (midi), Lebègue, etc.). Il en va de même en Serbie et au Monténégro. Les plus fréquents sont les noms issus du du prénom du père. Ainsi, quelqu’un ayant pour père un certain Jovan allait s’appeler Jovanović, le "ov" ou "ev" venant toujours après un prénom se terminant soit par une consonne, soit par un "o" ou soit par un "e"

 

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Serbie ici

 


Slovaquie

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Slovaquie ici


 

Tchèquie

Les noms de famille tchèques sont apparentés aux noms polonais, mais ils sont souvent plus courts et plus faciles à prononcer car ils contiennent moins de consonnes. On trouve souvent des noms tchèques dérivés de surnoms et les diminutifs sont également très répandus. De nombreux Tchèques ont des noms allemands ou "germanisés". Les noms suivants sont particulièrement intéressants : Hovorka (quelqu'un d'outrageusement bavard), Kostal (un habitant d'un champ où les choux ont été coupés) et Melnick (celui qui cultive du grain, le meunier).

Liste des 20 noms de famille les plus fréquents en Tchèquie ici

 

 

© Copyright 1999-2011, lavoute.org - Librairie de la Voûte. Tous droits réservés.